Triple portrait du cardinal de Richelieu | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


Triple portrait du cardinal de Richelieu Philippe de Champaigne (1602-1674)

Philippe de Champaigne (1602-1674), Triple portrait du cardinal Richelieu. Vers 1642, peinture (huile sur toile), 58,7 × 72,8 cm. Royaume-Uni, Londres, The National Gallery (NG798)
  • Triple portrait du cardinal Richelieua
  • Le Cardinal Armand-Jean du Plessis de Richelieu, cardinal-duc (1585-1642), homme politique1
  • Portrait de Philippe de Champaigne 2
  • Le Cardinal de Richelieu3
  • Etude de visages masculins : César Borgia ?4
  • L’Orfèvre aux trois visages5
  • Madame Rigaud, en deux attitudes différentes6
  • Marie Serre (morte après 1715)7
Triple portrait du cardinal Richelieu
auteur(s) : Philippe de Champaigne (1602-1674)
dimension : H. 58,7 cm ; L. 72,8 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
provenance : presented by Sir Augustus Wollaston Franks, 1869
datation : vers 1642
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, The National Gallery
Philippe de Champaigne (1602-1674), Triple portrait du cardinal Richelieu. Vers 1642, peinture (huile sur toile), 58,7 × 72,8 cm. Royaume-Uni, Londres, The National Gallery (NG798)
Triple portrait du cardinal Richelieu
auteur(s) : Philippe de Champaigne (1602-1674)
dimension : H. 58,7 cm ; L. 72,8 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
provenance : presented by Sir Augustus Wollaston Franks, 1869
datation : vers 1642
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, The National Gallery
Gian Bernini dit Le Bernin (1598-1680), Le Cardinal Armand-Jean du Plessis de Richelieu, cardinal-duc (1585-1642), homme politique. 1640-1641, sculpture (marbre), 84 × 26 × 33 cm. Paris, musée du Louvre (M.R. 2165)
Le Cardinal Armand-Jean du Plessis de Richelieu, cardinal-duc (1585-1642), homme politique
auteur(s) : Gian Lorenzo Bernini dit Le Bernin (1598-1680)
dimension : H. 84 cm ; L. 26 cm ; P. 33 cm
matériaux : marbre
technique : sculpture
datation : 1640-1641
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Portrait de Philippe de Champaigne provenant des albums Louis-Philippe). 1676, eau-forte (encre sur papier), 44,8 × 36,5 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon (INV.GRAV.LP 31 bis.67.1)
Portrait de Philippe de Champaigne
auteur(s) : d’après Philippe de Champaigne (1602-1674)
dimension : H. 44,8 cm ; L. 36,5 cm
matériaux : encre sur papier
technique : eau-forte
provenance : provenant des albums Louis-Philippe
datation : 1676
lieu de conservation : Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
Philippe de Champaigne (1602-1674), Le Cardinal de Richelieu. Vers 1639, peinture (huile sur toile), 222 × 155 cm. Paris, musée du Louvre (Inv. 1136)
Le Cardinal de Richelieu
auteur(s) : Philippe de Champaigne (1602-1674)
dimension : H. 222 cm ; L. 155 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : vers 1639
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Etude de visages masculins Léonard de Vinci Turin, bibliothèque royale
Etude de visages masculins : César Borgia ?
auteur(s) : Léonard de Vinci (1452-1519)
dimension : H. 11,1 cm ; L. 28,4 cm
matériaux : sanguine
technique : dessin
lieu de conservation : Italie, Turin, Biblioteca Reale
L’Orfèvre aux trois visages Lorenzo Lotto Vienne, Kunsthistorisches Museum
L’Orfèvre aux trois visages
auteur(s) : Lorenzo Lotto (1480-1556)
dimension : H. 52 cm ; L. 79 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1530
lieu de conservation : Vienne, Kunsthistorisches Museum
Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Madame Rigaud, en deux attitudes différentes (double portrait de la mère de l’artiste). 1695, peinture (huile sur toile), 83 × 103 cm. Paris, musée du Louvre (INV. 7522)
Madame Rigaud, en deux attitudes différentes
Double portrait de la mère de l’artiste
auteur(s) : Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
dimension : H. 83 cm ; L. 103 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : 1695
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Antoine Coysevox (1640-1720), Marie Serre (morte après 1715). 1706, sculpture (marbre), 83,5 × 59 × 28 cm. Paris, musée du Louvre (L.P. 502)
Marie Serre (morte après 1715)
Veuve du peintre Mathias Rigaud (mort en 1699), mère du peintre Hyacinthe Rigaud ; sculpture réalisée d’après le double portrait peint par ce dernier (image 6)
auteur(s) : Antoine Coysevox (1640-1720)
dimension : H. 83,5 cm ; L. 59 cm ; P. 28 cm
matériaux : marbre
technique : sculpture
datation : 1706
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre

Pourquoi l’étrange parti pris d’un visage sous trois angles différents ?


Ce tableau représente Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu (1585-1642), principal ministre de Louis XIII, sous ses profils gauche et droit et, au centre, de trois quarts. Comme dans tous ses portraits, l’ecclésiastique est montré vêtu de l’habit cardinalice. On en distingue ici la mosette rouge, sur laquelle tombe le collet rabattu, noué par de longs cordons. Formant un V de couleur bleue, un large ruban porte la médaille de l’ordre du Saint-Esprit. Sur sa tête, la calotte rouge laisse échapper de longues mèches grisonnantes. Le buste, réduit à un cône, est traité en masses simplifiées, animées par des reflets et des ombres. Le fond sombre fait ressortir le visage, sculpté par la lumière, n’exprimant pas de sentiment particulier. Le regard perçant, la fine moustache et les marques de l’âge permettent de cerner la physionomie et le tempérament du célèbre personnage.

 

Un modèle destiné à la sculpture

Ce triple portrait n’est pas une œuvre autonome, mais un modèle devant servir à la réalisation d’une sculpture, commandée par le cardinal à l’Italien Francesco Mocchi. Un précédent buste de marbre, réalisé par Le Bernin, a en effet déplu au cardinal image 1. Initialement, c’est le peintre flamand Anton Van Dyck qui était chargé de peindre le modèle, mais il est décédé avant de l’avoir achevé. Richelieu se tourne alors vers Philippe de Champaigne image 2, un artiste originaire de Bruxelles, installé à Paris depuis 1621 et devenu en 1628 le « peintre ordinaire » de la reine mère, Marie de Médicis.

 

Philippe de Champaigne, nouvel Apelle ?

Ministre à la stature exceptionnelle, réformateur et pacificateur de la France, Richelieu est aussi un amateur d’art et un grand collectionneur. Il trouve en Philippe de Champaigne le peintre idéal, apte à comprendre ses attentes et à les traduire dans un style adapté. Le peintre devient le seul

habilité à le figurer en habit de cardinal. Pas moins de onze portraits de Richelieu sortiront de son atelier. Tous célèbrent à la fois l’homme d’État et l’individu, répétant la formule du portrait d’apparat et développant la belle langue picturale de Champaigne : clarté du dessin, ampleur de la forme, franchise du coloris image 3. La virtuosité technique de l’artiste lui permet de traduire étoffes et carnations à la perfection. Il sait aussi se concentrer sur l’essentiel, supprimant détails et éléments décoratifs pour mettre en avant l’âme du modèle, sa personnalité profonde. L’estime sans faille que témoigne le cardinal au peintre amène leur contemporain, l’historiographe André Félibien, à comparer Champaigne à l’artiste antique Apelle, seul en son temps autorisé à figurer Alexandre le Grand.

Au terme de cette longue série d’effigies, le triple portrait est jugé par le cardinal si ressemblant qu’il demande à Champaigne de retoucher tous les portraits antérieurs en fonction de ce dernier. Cette peinture, à l’origine simple étude destinée à un sculpteur, devient la référence en termes de portrait du cardinal et le point d’aboutissement d’une lente maturation menée de front par l’artiste et son commanditaire. Ensemble, ils ont créé l’image idéale du cardinal-duc de Richelieu, homme d’État, grande conscience religieuse, mais aussi homme du XVIIe siècle, à même de tempérer ses passions par la raison.

 

D’où vient l’étrange formule du triple portrait ?

Conçue pour guider le sculpteur dans son travail, la formule du triple portrait existe néanmoins comme genre à part entière dans l’histoire de la peinture, même si elle est rare. Ainsi, dans la Venise de la Renaissance, les peintres ont répondu aux sculpteurs, vantant leur capacité à imiter la réalité en trois dimensions, en peignant des visages vus sous plusieurs angles.

Il semble que Léonard de Vinci ait apporté cette solution à Venise lors de son séjour en 1499, sous la forme d’un dessin, portrait présumé de César Borgia image 4. La formule est reprise par le Vénitien Lorenzo Lotto dans son Portrait d’un orfèvre image 5, s’inscrivant à son tour dans ce débat, appelé paragone (« comparaison » en italien). Pour démultiplier les angles de vision et prouver leur capacité à traduire le réel en volumes malgré la surface plane du support, les peintres vénitiens recourent par ailleurs aux reflets (sur une surface de métal, dans un miroir ou dans l’eau). Il ne semble pas que de tels portraits soient destinés à des sculpteurs. Ils illustrent en tout cas la richesse d’un dialogue entre les deux disciplines, peinture et sculpture.

 

D’une certaine manière, ce triple portrait réactualise le débat au XVIIe siècle. La formule est utilisée par Anton Van Dyck pour le portrait du roi Charles Ier d’Angleterre (1635), destiné à être sculpté par Le Bernin. Elle est reprise en 1695 par Hyacinthe Rigaud dans le double portrait de sa mère, Marie Serre image 6, destiné à guider le sculpteur Antoine Coysevox image 7. Cette fois-ci, il ne s’agit plus d’une commande officielle mais d’un portrait privé, chargé d’affection.

Stéphanie Cabanne

Permalien : https://panoramadelart.fr/triple-portrait-richelieu-philippe-champaigne

Publié le 03/09/2020

haut de page

ressources internet

  1. Une étude historique et iconologique du tableau
    https://www.histoire-image.org/fr/etudes/cardinal-richelieu-images-pouvoir
  2. La biographie du cardinal de Richelieu
    https://www.histoire-pour-tous.fr/biographies/3440-richelieu-cardinal-1585-1642-
  3. Courte analyse du portrait du cardinal de Richelieu assis, par la conservatrice du musée Condé
    https://vimeo.com/128785345
  4. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Mosette :
Courte pèlerine descendant jusqu’à la ceinture et boutonnée par devant, constituant une des parties de l’habit des cardinaux, des évêques et des chanoines.
Ordre du Saint-Esprit :
Ordre le plus prestigieux de la chevalerie française, fondé le 31 décembre 1578 par Henri III. Son emblème, une croix ornée de la colombe du Saint-Esprit, portée sur un ruban bleu, est porté par ses membres.
Portrait d’apparat :
Formule de portrait élaborée à la Cour d’Espagne au XVIe siècle, montrant le souverain debout, en tenue officielle, portant les insignes du pouvoir.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers