Crystal Palace | Panorama de l'art

  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle
  1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle


Crystal Palace Sir Joseph Paxton (1803-1865)

Philip Henry Delamotte (1820-1889), Crystal Palace. Vue générale du bâtiment de Joseph Paxton construit pour l’Exposition universelle de 1851. 1870, photographie (positif monochrome). Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
  • Crystal Palacea
  • Crystal Palaceb
  • Crystal Palacec
  • Crystal Palaced
  • Au palais de Cristal de Londres1
  • Vue extérieur du Crystal Palace, Sydenham2
  • Pont de Brooklyn à New York3
  • Le Crystal Palace4
Crystal Palace
Vue générale du bâtiment de Joseph Paxton construit pour l’Exposition universelle de 1851
auteur(s) : Philip Henry Delamotte (1820-1889)
matériaux : positif monochrome
technique : photographie
datation : 1870
lieu de conservation : Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Philip Henry Delamotte (1820-1889), Crystal Palace. Vue générale du bâtiment de Joseph Paxton construit pour l’Exposition universelle de 1851. 1870, photographie (positif monochrome). Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Crystal Palace
Vue générale du bâtiment de Joseph Paxton construit pour l’Exposition universelle de 1851
auteur(s) : Philip Henry Delamotte (1820-1889)
matériaux : positif monochrome
technique : photographie
datation : 1870
lieu de conservation : Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Philip Henry Delamotte (1820-1889), Crystal Palace. Détail de la verrière. 1870, photographie (positif monochrome). Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Crystal Palace
Détail de la verrière
auteur(s) : Philip Henry Delamotte (1820-1889)
matériaux : positif monochrome
technique : photographie
datation : 1870
lieu de conservation : Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Philip Henry Delamotte (1820-1889), Crystal Palace. Détail d’une des deux tours. 1870, photographie (positif monochrome). Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Crystal Palace
Détail d’une des deux tours
auteur(s) : Philip Henry Delamotte (1820-1889)
matériaux : positif monochrome
technique : photographie
datation : 1870
lieu de conservation : Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Philip Henry Delamotte (1820-1889), Crystal Palace. Détail de la verrière. 1870, photographie (positif monochrome). Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Crystal Palace
Détail des jardins et des fontaines
auteur(s) : Philip Henry Delamotte (1820-1889)
matériaux : positif monochrome
technique : photographie
datation : 1870
lieu de conservation : Italie, Florence, Museo di Storia della Fotografia Fratelli Alinari
Arthur Henry Roberts (1819-1900), Au palais de Cristal de Londres. Entre 1851 et 1855, peinture (aquarelle et gouache sur carton), 35,8 × 53 cm. Paris, musée d’Orsay
Au palais de Cristal de Londres
auteur(s) : Arthur Henry Roberts (1819-1900)
dimension : H. 35,8 cm ; L. 53 cm
matériaux : aquarelle et gouache sur carton
technique : peinture
datation : entre 1851 et 1855
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Exterior View of the Crystal Palace, Sydenham. Appartient à la série Gems of the Crystal Palace. 1854, gravure (encore sur papier), 13,5 × 29 cm. Royaume-Uni, Londres, The British Museum
Vue extérieur du Crystal Palace, Sydenham
Appartient à la série Gems of the Crystal Palace
Exterior View of the Crystal Palace, Sydenham
dimension : H. 13,5 cm ; L. 29 cm
matériaux : encre sur papier
technique : gravure
datation : 1854
lieu de conservation : Royaume-Uni, Londres, The British Museum
Pont de Brooklyn à New York. Après 1883, photographie (épreuve sur papier albuminé à partir d’un négatif verre au collodion), 35,5 × 52 cm. Paris, musée d’Orsay
Pont de Brooklyn à New York
auteur(s) : Anonyme américain
dimension : H. 35,5 cm ; L. 52 cm
matériaux : épreuve sur papier albuminé à partir d’un négatif verre au collodion
technique : photographie
datation : après 1883
lieu de conservation : Paris, musée d’Orsay
Camille Pissarro (1830-1903), Le Crystal Palace. 1871, peinture (huile sur toile), 47,2 × 73,5 cm. États-Unis d’Amérique, Chicago, The Art Institute of Chicago (Gift of Mr. and Mrs. B. E. Bensinger)
Le Crystal Palace
auteur(s) : Camille Pissarro (1830-1903)
dimension : H. 47,2 cm ; L. 73,5 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
provenance : Don de M.et Mme B. E. Bensinger
datation : 1871
lieu de conservation : États-Unis d’Amérique, Chicago, The Art Institute of Chicago

En quoi cet édifice de fer et de verre, symbole de la révolution industrielle, préfigure-t-il l’architecture moderne ?

Le Crystal Palace est inauguré lors de la première Exposition universelle, organisée à Londres en 1851. Il devient un symbole de l’apogée de l’ère victorienne, à l’époque où le royaume britannique est à la tête d’un immense empire colonial. Il constitue en même temps l’un des édifices les plus représentatifs de l’architecture de fer et de verre qui triomphe tout au long du XIXe siècle. Il a malheureusement été détruit par un incendie en 1936, mais des images anciennes, dont cette photographie de Philip Henry Delamotte réalisée vers 1870 image principale, nous permettent de nous faire une idée de son apparence.

 

Un bâtiment pour la première Exposition universelle

Durant la première moitié du XIXe siècle, sous le règne de la reine Victoria, l’empire britannique connaît un développement considérable et l’industrie, alors en plein essor, est prospère. Des technologies nouvelles apparaissent.

Prolongeant le principe des expositions des produits de l’industrie qui s’étaient tenues en France de 1798 à 1851, l’idée d’organiser une vaste exposition servant de vitrine aux produits du monde entier nés de cette industrialisation voit le jour. Le projet de la construction d’un palais pouvant abriter cette première Exposition universelle à Londres est alors lancé.

En 1850, un concours est organisé, mais aucune des 245 propositions ne remporte l’adhésion du jury. Le jardinier paysagiste en chef Joseph Paxton présente alors la sienne. Le programme demandant une réalisation rapide et des méthodes de construction économiques, Paxton s’inspire largement de ses connaissances et expérimentations en matière de serre agricole : une boîte composée de deux éléments de base, poteaux et châssis. Ce projet est immédiatement accepté et confié à l’entreprise Fox Henderson, qui en produit les plans d’exécution et fabrique les éléments nécessaires, tout en mesurant la résistance des matériaux. Le Crystal Palace est inauguré le 1er mai 1851.

 

Une architecture originale par sa forme et ses matériaux

Dans sa version initiale, le Crystal Palace est un immense bâtiment rectangulaire de plus de 500 m de long, composé en partie d’une nef centrale de 22 m de large, elle-même flanquée de chaque côté de cinq nefs latérales. Une grande arche, à la fois fonctionnelle et décorative, surmonte le transept. Si les matériaux de construction utilisés sont principalement le fer et le verre, le bois est également employé pour les planchers, les toits et certaines arcatures. Toutes les poutres et colonnes principales sont en fer. Au total, 3 300 piliers de fonte, 2 224 poutrelles, 300 000 carreaux de verre et 205 000 cadres de bois couvrent une surface de 70 000 m2. La décoration intérieure, marquée par le recours à la polychromie, est confiée à l’architecte décorateur Owen Jones image 1. L’édifice si original remporte un vif succès.

Érigé dans un premier temps à Hyde Park, le palais est déplacé en périphérie de Londres après l’Exposition universelle. Lors de sa reconstruction, les éléments standardisés sont réutilisés, mais ceux en bois disparaissent, remplacés par des pièces en fer et en verre. Le Crystal Palace devient le palais de Sydenham image 2. Son plan est développé, et deux tourelles image c l’encadrent de part et d’autre.

De sa réouverture en 1854 à son incendie en 1936, le Crystal Palace a accueilli toutes sortes d’événements (expositions, concerts, salons aéronautiques ou automobiles). Son style et son mode de construction auront une influence capitale sur l’architecture des pavillons des Expositions universelles organisées jusqu’à la fin du XIXe siècle.

 

Qui est Joseph Paxton ?

Ni ingénieur ni architecte, Joseph Paxton est à l’origine jardinier paysagiste. Né en 1803, il devient jardinier à Battlesden, dans le Bedforshire, à l’âge de 17 ans. Deux ans plus tard, passionné par l’aménagement des espaces extérieurs et leur alimentation en eau, il dessine et crée un lac. Il travaille bientôt au service de l’Horticultural Society de Chiswick Gardens, appartenant au duc de Devonshire, qui lui offre son premier poste de jardinier en chef. Il occupe ensuite cette même fonction pour les jardins de Devonshire, où il réalise des lacs, des arboretums et des serres. D’horticulteur, Paxton devient ainsi architecte. Entre 1836 et 1840, il dessine et construit la Grande Serre de Chatsworth; c’est alors le plus grand bâtiment en verre du monde, aujourd’hui disparu. Les serres de Paxton présentent des innovations importantes, dont des gouttières intégrées à la structure, système repris pour le Crystal Palace.

 

Un mode de construction novateur

L’une des principales caractéristiques du projet de Paxton, essentielle aux yeux des membres du comité, est un mode de construction rapide et économique. Le Crystal Palace est édifié en un temps record grâce au recours à des éléments standardisés : des milliers de pièces sont conçues sur un même modèle, préfabriquées et faciles à assembler. Certains éléments pouvant avoir plusieurs fonctions (par exemple, les gouttières et les colonnes), un code couleur leur est attribué, de façon à différencier leur destination sur le chantier. Cette technique annonce les méthodes de préfabrication actuelles et permet aux ouvriers de travailler rapidement.

Ce type de construction laisse toute la place au talent des ingénieurs plutôt qu’à celui des architectes. Par comparaison, le célèbre pont suspendu de Brooklyn image 3, à New York, a également été conçu par un homme à la formation d’ingénieur, John Roebling, qui s’attache à l’étude des câbles métalliques et à leur résistance.

Par la suite, Paxton ajoute au palais un environnement aménagé en jardins, eux-mêmes agrémentés de nombreuses fontaines image d. Les tours peuvent alors servir de châteaux d’eau.

 

La vision des artistes

Cet édifice si particulier et si novateur est un véritable succès architectural ; l’ensemble plaît au public et attire de nombreux regards, depuis l’homme du peuple jusqu’à l’esthète. Largement reproduit dans la presse, le Crystal Palace attire aussi les artistes qui le représentent lors de leur passage dans la capitale anglaise. Ainsi, Camille Pissarro le représentera dans son environnement urbain image 4.

 

Le déclin de l’empire

Monument phare du règne de la reine Victoria, le Crystal Palace symbolise à la fois l’immensité de l’empire colonial britannique et le dynamisme de la nouvelle société industrielle. Cet emblème d’un moment-clé de l’histoire disparaît en 1936, lors d’un incendie d’origine purement accidentelle. Cet événement, à l’aube du conflit qui embrasera le monde, préfigure en un sens le début du déclin de l’empire britannique.

Véronique Duprat-Roumier

Permalien : https://panoramadelart.fr/crystal-palace-delamotte

Publié le 10/05/2021

haut de page

ressources internet

  1. Une présentation du Crystal Palace sur le site Passerelle(s) de la Bibliothèque nationale de France
    http://passerelles.bnf.fr/batiments/crystal_palace_planche.php
  2. Le Crystal Palace sur le site de la Cité de l’architecture et du patrimoine
    https://www.citedelarchitecture.fr/fr/le-crystal-palace
  3. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Exposition universelle :
Présentation publique durant laquelle des produits de l’art et de l’industrie du monde entier sont exposés. La première a eu lieu à Londres en 1851.
Fonte :
Alliage de fer et de carbone
Polychromie :
Procédé qui consiste à appliquer différentes couleurs sur  une œuvre d’art ou un monument, ou à utiliser des matériaux colorés pour sa réalisation.
Transept :
Construction perpendiculaire à la nef, qui donne à l’église un plan en croix.
haut de page


laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !



* Vos données sont destinées à la Rmn-Grand Palais, qui en est le responsable de traitement. Elles sont nécessaires pour traiter votre demande de publication de commentaire. L’accès aux données est strictement limité aux collaborateurs de la Rmn-Grand Palais impliqués dans de la publication de vos commentaires.
Conformément au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016 sur la protection des données personnelles et à la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement, de portabilité et de limitation du traitement des donnés vous concernant ainsi que du droit de communiquer des directives sur le sort de vos données après votre mort. Vous avez également la possibilité de vous opposer au traitement des données vous concernant. Vous pouvez exercer vos droits en contactant notre Délégué à la protection des données (DPO) au moyen de notre formulaire en ligne ou par e-mail à l’adresse suivante : dpo@rmngp.fr.
Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre politique de protection des données en cliquant ici.