1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Le Modèle rouge René Magritte

Le Modèle rouge
  • Le Modèle rougea
  • Nature morte aux lettres et à la plume1
Le Modèle rouge
auteur(s) : René Magritte (1898-1967)
dimension : H. 56 cm ; L. 46 cm
technique : peinture sur toile
datation : 1935
lieu de conservation : Paris, musée national d’Art moderne – Centre Georges Pompidou
Le Modèle rouge
Le Modèle rouge
auteur(s) : René Magritte (1898-1967)
dimension : H. 56 cm ; L. 46 cm
technique : peinture sur toile
datation : 1935
lieu de conservation : Paris, musée national d’Art moderne – Centre Georges Pompidou
Nature morte aux lettres et à la plume
Nature morte aux lettres et à la plume
auteur(s) : Wallerand Vaillant (1623-1677)
dimension : H. 51,5 cm ; L. 40,5 cm
matériaux : huile sur papier marouflé, peinture sur toile
technique : peinture
datation : 1658
lieu de conservation : Dresde, Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlungen
Nature morte ou fragment d’humanité ?
Peintre belge parmi les plus célèbres, René Magritte entre en contact avec André Breton et le groupe surréaliste à Paris en 1923. Son univers imaginaire et provocateur se construit à partir d’une réflexion sur l’interaction des mots et des images. Ses tableaux présentent de curieux calembours visuels, sortes d’équivalents en image des jeux de langage, comme nous pouvons l’observer dans Le Modèle rouge [ image principale ] .
 

Imaginaire et vraisemblable

Au premier regard, Le Modèle rouge s’impose dans un style figuratif précis et réaliste. La palissade de bois à l’arrière-plan rappelle notamment les trompe-l’œil de la peinture du XVIIe siècle, technique exigeant un vrai savoir-faire comme le montre le tableau de Vaillant [ image 1 ]. Le sol parsemé de cailloux ajoute à la vraisemblance. Pourtant, ce qui captive dans cette œuvre, c’est que l’image bascule dans l’irréel et l’énigmatique par la présence au premier plan d’une curieuse paire de souliers, à la fois pieds et chaussures. Cette manière de métamorphoser les objets n’est pas sans rappeler ce que fait, dans un autre registre, Salvador Dali avec les montres molles dans sa peinture La Persistance de la mémoire (1931). C’est Max Ernst, artiste surréaliste lui aussi, qui aurait donné l’idée de ce sujet à Magritte en lui montrant une enseigne de cordonnier en Touraine. Très inspiré par cette image, le peintre en a exécuté sept versions dans différentes techniques, à l’huile, à la gouache et en dessin, entre 1935 et 1964.
 

Métaphore du peintre et image poétique

Avant Magritte, Van Gogh a peint plusieurs tableaux montrant des paires de chaussures. Il s’agissait de brodequins usés et salis qu’il portait pour aller travailler en plein air dans les années 1880. Ce sujet, jugé bizarre par ses amis peintres à l’époque, s’apparente à une sorte d’autoportrait. Avec leur cuir sombre et leurs lacets, les godillots de Magritte ressemblent à ceux de Van Gogh. Mais le pied apparaît alors qu’il devrait être caché. Notre pensée associe la chaussure au pied puis à la sensation de celui-ci à l’intérieur, au contact du cuir. Ce motif rappelle les « souliers blessés » qu’évoque Arthur Rimbaud dans le dernier vers du poème Ma bohème. Le lecteur assimile les chaussures usées à la douleur née d’une marche longue et pénible.
 

Ceci n’est pas réel

Le titre de l’œuvre, Le Modèle rouge, désoriente et renforce le mystère, car il n’y a pas de rouge dans le tableau. S’il ne renvoie pas à la couleur, quelle idée se cache derrière le mot « rouge » ? Une coloration politique ? Cette interprétation est d’autant plus plausible que la fusion objet/pied semble dénoncer le matérialisme qui aliène l’homme. Mais la motivation la plus importante de Magritte réside dans cette affirmation : « Mes tableaux ont été conçus pour être des signes matériels de la liberté de pensée. » Sa démarche conduit donc le spectateur du tableau dans l’univers de la pensée. Les notions de signe et de langage sont au cœur de ses discussions avec André Breton, le chef de file du surréalisme. L’interaction entre mot et image a même débouché sur un article du peintre belge, « Les mots et les images », paru dans la revue La Révolution surréaliste en 1929. La réflexion de Magritte prend forme dans la peinture dès 1926 avec son fameux tableau Ceci n’est pas une pipe, où figure pourtant une pipe peinte de façon réaliste. Également intitulée La Trahison des images, l’œuvre illustre l’idée qu’un objet peint n’a de réalité que par la pensée. 
 

Une pensée horrible

Suivant le modèle de Dada auquel il succède, le surréalisme puise son inspiration dans la littérature et entretient un esprit de révolte et de provocation. Lors d’une conférence en 1938, Magritte a expliqué : « Le problème des souliers démontre combien les choses les plus barbares passent, par la force de l’habitude, pour être tout à fait convenables. On ressent, grâce au Modèle rouge, que l’union d’un pied humain et d’un soulier en cuir relève en réalité d’une coutume monstrueuse. » La prise de conscience que la chaussure est fabriquée avec une peau d’animal provoque un malaise. Progressivement, l’idée peut naître dans notre esprit que les chaussures sont en peau humaine. Magritte trouble nos sens et nos émotions comme le font ses collègues surréalistes. Meret Oppenheim, par exemple, a créé en 1936 une sculpture qu’elle a intitulée Le Déjeuner en fourrure, composée d’une tasse, de sa soucoupe et d’une cuillère fabriquées avec de la fourrure. L’ensemble est inutilisable et provoque même une sorte de malaise. Plus récemment et de manière crue et directe, l’artiste Jana Sterbak va plus loin en 1987 avec une œuvre intitulée Vanitas, Robe de chair pour albinos anorexique, composition faite de steaks de bœuf cousus. Comme Magritte avant elle, l’artiste confronte le spectateur à une vision d’horreur et à la barbarie.
 
Isabelle Majorel

Permalien : http://panoramadelart.fr/modelerougemagritte

Publié le 03/10/2014

haut de page

ressources internet

  1. Le musée Magritte à Bruxelles
    http://www.musee-magritte-museum.be/Typo3/index.php?id=acceuil&L=1
  2. Dossier pédagogique sur le surréalisme
    http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-surrealisme/ENS-surr
  3. La Persistance de la mémoire de Salvador Dali, conservé au Museum of Modern Art (MoMA) de New York
    http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAD%3AE%3A1364&pag
  4. Une paire de souliers de Van Gogh, conservé au Van Gogh Museum d’Amsterdam
    http://www.vangoghmuseum.nl/vgm/index.jsp?page=1576&collection=621&lang=en
  5. La Trahison des images ou Ceci n’est pas une pipe de Magritte, conservé au Los Angeles County Museum of Art (LACMA)
    http://collections.lacma.org/node/239578
  6. Le Déjeuner en fourrure de Meret Oppenheim, conservé au Museum of Modern Art (MoMA) de New York
    http://www.moma.org/collection/browse_results.php?criteria=O%3AAN%3AC%3Aoppenhei
  7. Sur la robe de chair de Jana Sterbak, présentée en 2009 dans l’accrochage « Elles » au Centre Pompidou
    http://elles.centrepompidou.fr/blog/?p=175
  8. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Dada :
Mouvement intellectuel né au cœur du cataclysme de la Première Guerre mondiale en Europe. Le mouvement ne tarde pas à gagner les États-Unis avec Man Ray, Duchamp et Picabia qui animent Dada New York. Dans un esprit subversif, les artistes Dada (ou dadaïstes) mettent en question la notion d’œuvre d’art. Leur travail est souvent caractérisé par le recyclage et le détournement des objets qu’ils collectent.
Gouache :
Peinture à l’eau.
Nature morte :
Représentation d’objets, de végétaux, de nourriture ou d’animaux sans vie.
Surréalisme :
Courant artistique très lié à la littérature, qui se développe à partir des années 1920. En 1924, André Breton définit le surréalisme comme un « automatisme pur », une « dictée de la pensée, en l’absence de tout contrôle exercé par la raison ».
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers