1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Portrait en pied de la marquise de Pompadour Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)

Portrait en pied de la marquise de Pompadour
zoom
Télécharger l'image  
  • <i>Portrait en pied de la marquise de Pompadour</i>a
  • <i>Charles-François-Paul Lenormant de Tournehem (1684-1751), directeur des Bâtiments du Roi</i>01
  • <i>Portrait de Louis XV en buste</i>02
  • <i>Portrait de Marie Leczinska, reine de France</i>03
  • <i>Portrait de Louis Joseph Xavier, duc de Bourgogne, dauphin</i>04
  • <i>Claude Dupouch (vers 1686-1747), peintre et professeur à l’académie de Saint-Luc</i>05
  • <i>Jeune fille tenant une couronne de laurier, nymphe de la suite d’Apollon</i>06
  • <i>Jeune fille à la colombe</i>07
  • <i>Nymphe de la suite d’Apollon, tenant une couronne de laurier</i>08
  • <i>Marquise de Pompadour (1721-1764)</i>09
  • <i>Marquise de Pompadour (1721-1764)</i>10
  • <i>Marquise de Pompadour (1721-1764)</i>11
  • <i>Portrait présumé de Jélyotte</i>12
  • <i>La Reine de France Marie Leczinska (1703-1768)</i>13
Portrait en pied de la marquise de Pompadour
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 175 cm ; L. 128 cm
matériaux : pastel sur papier gris collé
technique : pastel
datation : 1749-1755 (Salon de 1755)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Portrait en pied de la marquise de Pompadour
Portrait en pied de la marquise de Pompadour
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 175 cm ; L. 128 cm
matériaux : pastel sur papier gris collé
technique : pastel
datation : 1749-1755 (Salon de 1755)
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Charles-François-Paul Lenormant de Tournehem (1684-1751), directeur des Bâtiments du Roi
Charles-François-Paul Lenormant de Tournehem (1684-1751), directeur des Bâtiments du Roi
auteur(s) : Louis Tocque (1696-1772)
dimension : H. 134 cm ; L. 104 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
Portrait de Louis XV en buste
Portrait de Louis XV en buste
Il porte les cordons de l’ordre du Saint-Esprit et de la Toison d’or
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 60 cm ; L. 54 cm
matériaux : pastel sur papier gris
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Portrait de Marie Leczinska, reine de France
Portrait de Marie Leczinska, reine de France
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 64 cm ; L. 54 cm
matériaux : pastel sur papier gris
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Portrait de Louis Joseph Xavier, duc de Bourgogne, dauphin
Portrait de Louis Joseph Xavier, duc de Bourgogne, dauphin
Il porte le cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit et l’ordre de la Toison d’or attaché à un ruban rouge passé autour du cou
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 64 cm ; L. 54 cm
matériaux : pastel sur papier
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Claude Dupouch (vers 1686-1747), peintre et professeur à l’académie de Saint-Luc
Claude Dupouch (vers 1686-1747), peintre et professeur à l’académie de Saint-Luc
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 60 cm ; L. 50 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : 1739
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Jeune fille tenant une couronne de laurier, nymphe de la suite d’Apollon
Jeune fille tenant une couronne de laurier, nymphe de la suite d’Apollon
Morceau de réception à l’Académie royale de peinture où l’artiste a été reçue le 26 octobre 1720
auteur(s) : Rosalba Giovanna Carriera (1675-1757)
dimension : H. 61,5 cm ; L. 54,5 cm
matériaux : pastel sur papier
technique : pastel
datation : fin du XVIIe – début du XVIIIe siècle
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
Jeune fille à la colombe
Jeune fille à la colombe
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788), d’après Rosalba Giovanna Carriera (1675-1757)
dimension : H. 54 cm ; L. 42 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Nymphe de la suite d’Apollon, tenant une couronne de laurier
Nymphe de la suite d’Apollon, tenant une couronne de laurier
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788), d’après Rosalba Giovanna Carriera (1675-1757)
dimension : H. 61 cm ; L. 49 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Marquise de Pompadour (1721-1764)
Marquise de Pompadour (1721-1764)
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 32 cm ; L. 24 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Marquise de Pompadour (1721-1764)
Marquise de Pompadour (1721-1764)
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 32 cm ; L. 24 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Marquise de Pompadour (1721-1764)
Marquise de Pompadour (1721-1764)
auteur(s) : Maurice Quentin de La Tour (1704-1788)
dimension : H. 32 cm ; L. 24 cm
matériaux : pastel
technique : pastel
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Saint-Quentin, musée Antoine-Lécuyer
Portrait présumé de Jélyotte
Portrait présumé de Jélyotte
Pierre de Jélyotte (1713-1797), chanteur et compositeur français
auteur(s) : Carle Van Loo, Charles André Van Loo dit (1713-1797)
technique : peinture
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Paris, Bibliothèque nationale de France, bibliothèque-musée de l’Opéra
La Reine de France Marie Leczinska (1703-1768)
La Reine de France Marie Leczinska (1703-1768)
auteur(s) : D’après Louis Tocque (1696-1772)
dimension : H. 281 cm ; L. 198 cm
matériaux : huile sur toile
technique : peinture
datation : XVIIIe siècle
lieu de conservation : Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon
Madame de Pompadour, favorite royale et protectrice des arts.

Née Jeanne-Antoinette Poisson en 1721, Madame de Pompadour reçut une éducation de premier ordre grâce à son beau-père, le fermier général Lenormant de Tournehem [ image 1 ]. Il lui fit donner les meilleurs maîtres, puis il la maria à son neveu, Charles-Guillaume Lenormant d’Étioles, ce qui permit à la jeune femme d’acquérir noblesse et fortune. Sa nature enjouée et ses dons personnels lui ouvrirent les portes de la meilleure société, celle de la grande bourgeoisie parisienne, cultivée et ouverte aux idées modernes. C’est probablement dans les «  salons d’esprit » qu’elle rencontra ceux qui allaient devenir ses amis et protégés, tels Voltaire et Montesquieu.

Ce même milieu arrangea sa rencontre avec Louis XV en 1745. Le roi fit d’elle sa favorite et lui accorda le titre de marquise de Pompadour. Étrangère au monde fermé de la cour, elle n’y fut jamais acceptée en raison de ses origines roturières. C’est par le biais des arts qu’elle prit le parti de distraire le roi et de s’imposer.

Maurice Quentin de La Tour et la technique du pastel : l’art de saisir l’insaisissable

Madame de Pompadour choisit La Tour pour mettre en image sa personnalité et ses goûts, car il était alors le portraitiste le plus doué et le mieux à même de saisir la ressemblance d’un modèle. Ils s’étaient probablement rencontrés chez le président de Rieux, dont le portrait monumental au pastel réalisé par La Tour en 1742 avait fortement impressionné Madame d’Étioles. D’autre part, La Tour travaillait régulièrement pour la famille royale [ image 2 ] [ image 3 ] [ image 4 ].

Formé chez Claude Dupouch [ image 5 ], il avait d’abord pratiqué la peinture à l’huile avant de se lancer comme portraitiste de la haute société. On ignore quand il abandonna la peinture pour le pastel ; l’art du portrait et la possibilité de travailler plus vite avec cette technique lui garantissaient des revenus faciles.

Le pastel connaissait alors un engouement sans précédent. Apparu en France au XVe siècle, ses possibilités avaient été révélées au milieu artistique parisien lors du séjour d’une jeune artiste vénitienne, Rosalba Carriera, en 1721. La Tour réalisa d’ailleurs deux copies de ses œuvres au pastel, à la touche légère et vaporeuse [ image 6 ] [ image 7 ] [ image 8 ]. Il devint le grand virtuose de cette technique au milieu du siècle, en utilisant la légèreté de ce médium pour traduire la spontanéité, la vie, le mouvement, dans ce que l’on appelait alors les portraits au naturel.

La commande du portrait de Madame de Pompadour fut vraisemblablement passée par la marquise en 1749, mais il ne fut achevé qu’en 1755. Selon son habitude, La Tour réalisa plusieurs « préparations » en peignant au pastel le visage de son modèle saisi sur le vif [ image 9 ] [ image 10 ] [ image 11 ], commençant par les traits de contour, puis procédant au modelé avec des touches plus ou moins fondues et des hachures. C’est probablement la dernière de ces préparations, jugée satisfaisante, qui fut intégrée à la composition finale, un ensemble d’au moins huit feuilles de papier bleu collées sur une toile.

Un portrait-programme ambitieux et courageux

Il s’agissait pour la marquise de répondre aux attaques dont elle faisait l’objet. Appelés poissonnades, ces pamphlets injurieux à son égard circulaient à Paris et à la cour, lui reprochant ses origines modestes, ses manières et ses dépenses.

Représentée assise dans un cabinet intérieur, elle feuillette un cahier de musique, le visage tourné vers la droite et le regard perdu dans ses pensées [ image principale ]. La Tour exprime à la fois la permanence de sa pratique musicale – elle avait appris le chant avec le célèbre Jélyotte [ image 12 ] et possédait une jolie voix – et un instant bref, saisi sur le vif.

Derrière elle est représentée une nature morte qui énumère les disciplines qu’elle pratique ou qu’elle soutient : une guitare baroque, six livres de sa bibliothèque, un globe terrestre, un manuel de gravure et, à ses pieds, un carton à dessin portant ses armes. Si la présence du globe rappelle qu’elle partageait le goût de Louis XV pour la géographie, le premier livre, le Pastor fido de Gian Battista Guarini (1590) célèbre la découverte de la chasse, un des grands plaisirs du roi, par le héros de l’histoire. Les autres ouvrages semblent en revanche adresser à ce dernier matière à réflexion sur l’exercice du pouvoir. La Henriade de Voltaire (1728) célèbre un monarque éclairé et prône la tolérance religieuse. De l’esprit des lois de Montesquieu (1748) développe la théorie de la séparation des pouvoirs et avait été interdit par la Sorbonne et mis à l’Index par l’Église en 1751. Quant au tome IV de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert, il venait tout juste de paraître après deux années d’interdiction. La marquise, prudente, s’était bien gardée de prendre parti dans ces affaires, mais il est frappant de la voir poser à côté de ces ouvrages.

Un portrait d’un genre nouveau

Désireuse de rompre avec les traditionnels portraits d’apparat [ image 13 ], Madame de Pompadour choisit de poser dans un lieu intime, vêtue d’une robe à la française, habit porté à la cour en dehors des cérémonies officielles et dont le raffinement et la splendeur traduisent l’élégance de la marquise. D’autre part, l’absence de bijou, éloquente, est une réponse aux attaques qui lui sont adressées au sujet de ses dépenses et de sa prétendue frivolité. Monumental par son format, ambitieux par son programme et intime à la fois, ce portrait s’inscrit dans une des nouvelles catégories qui se développent au XVIIIe siècle, celle des portraits de femmes d’esprit.

Présenté au Salon de 1755 à la place d’honneur, le chef-d’œuvre de La Tour reçut des louanges presque unanimes. Il ne changea certes pas les opinions de Louis XV, pas plus qu’il ne put éteindre les critiques sur sa favorite, mais il laisse à l’histoire l’image d’une femme intelligente, au goût sûr, et dont les vues politiques et artistiques étaient en avance sur leur temps.

Stéphanie Elhouti-Cabanne

Permalien : http://panoramadelart.fr/la-tour-portrait-en-pied-de-la-marquise-de-pompadour

Publié le 17/03/2015

haut de page

ressources internet

  1. Biographie synthétique de Madame de Pompadour
    http://www.chateauversailles.fr/l-histoire/personnages-de-cour/epoque-louis-xv/m
  2. Biographie longue et détaillée de Madame de Pompadour
    http://www.histoire-pour-tous.fr/histoire-de-france/4555-jeanne-poisson-marquise
  3. Analyse détaillée du tableau
    http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/portrait-en-pied-de-la-marquise-de-pompadour
  4. Analyse historique du tableau
    http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=1268&d=91&
  5. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Héros :
Dans la Grèce antique, personnage le plus souvent issu de l’union d’une divinité et d’un mortel auquel on prête des aventures exceptionnelles. Associé à la vie locale, un culte est rendu sur son tombeau.
Pastel :
Bâtonnet composé de poudres colorées, de gomme arabique servant de liant et d’une terre destinée à donner de la consistance à la préparation.
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers