1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

Galerie François Ier Château de Fontainebleau Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)

Galerie François Ier
zoom
Télécharger l'image  
  • Galerie François Iera
  • Galerie François Ierb
  • Galerie François Ierc
  • Galerie François Ierd
  • Galerie François Iere
  • Galerie François Ierf
  • Galerie François Ierg
  • Chapelle Sixtine1
  • Léda2
Galerie François Ier
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Galerie François Ier
Galerie François Ier
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Lambris, emblème
Galerie François Ier
Lambris
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
matériaux : bois
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
L’Unité de l’Etat
Galerie François Ier
L’Unité de l’Etat
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
technique : stuc et peinture à fresque
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
L’Unité de l’Etat, détail
Galerie François Ier
L’Unité de l’Etat, détail
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
technique : stuc et peinture à fresque
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Le Naufrage, ou la Vengeance de Nauplius
Galerie François Ier
Le Naufrage, ou la Vengeance de Nauplius
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494-1540), Le Primatice (1504-1570)
technique : stuc et peinture à fresque
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Galerie François Ier
Galerie François Ier
détail
auteur(s) : Rosso Fiorentino (1494 -1540), Le Primatice (1504 - 1570)
technique : stuc et peinture à fresque
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Danaé
Galerie François Ier
Danaé
auteur(s) : Le Primatice (1504-1570)
technique : stuc et peinture à fresque
datation : vers 1530-1540
lieu de conservation : château de Fontainebleau
Chapelle Sixtine
Chapelle Sixtine
Détail de la voûte : ignudo
auteur(s) : Michel-Ange (1475-1564)
datation : 1508-1512
lieu de conservation : Vatican, chapelle Sixtine
Léda
Léda
auteur(s) : Delaune, Etienne (vers 1518-1583/1595)
dimension : H. 8,2 cm ; L. 12,7 cm
technique : eau-forte
lieu de conservation : Paris, musée du Louvre
En quoi cette galerie sert-elle la politique du roi ?
Qu'apporte-t-elle de nouveau dans le paysage artistique français du XVIe siècle ?

La galerie du château de Fontainebleau est l’un des lieux les plus célèbres de la Renaissance française [ image principale ]. Elle est construite et décorée à partir des années 1530, sur commande du roi François Ier : les emblèmes, la salamandre par exemple [ détail b ], les devises et le chiffre y sont omniprésents. Comme les princes de la Renaissance, François Ier aspire à vivre dans un cadre majestueux, à posséder des collections d’œuvres d’art, à s’entourer d’artistes célèbres. Comme eux, ses regards sont tournés vers l’Italie. Il invite donc à sa cour les meilleurs artistes italiens du moment, comme Rosso Fiorentino et Le Primatice qui travaillèrent successivement dans la Galerie du château de Fontainebleau, sur le décor peint à fresque et sculpté.

Un décor au service du pouvoir

Revenu de captivité en 1526, François Ier doit redonner confiance à son peuple et reprendre sa place parmi les grands souverains d’Europe. Abandonnant ses anciennes résidences des châteaux de la Loire, il choisit une demeure proche de Paris : le château médiéval de Fontainebleau qu’il fait reconstruire selon les idées nouvelles de la Renaissance et dont le décor est destiné à servir sa gloire et sa politique. Les fresques de la galerie illustrent les différentes facettes du pouvoir. À l’est, du côté de la chambre du roi, étaient présentés les dangers qui guettent tout souverain dans l’exercice du pouvoir : la trahison, la vengeance, la mort... À l’ouest, les bienfaits de la monarchie.

Dans L’Unité de l’État [ détail c ], François Ier apparaît en empereur romain tenant une grenade [ détail d ] dans la main gauche. Cette peinture est généralement interprétée comme la représentation de la volonté du roi de centraliser et d’unifier l’État. La grenade, symbole d’unité, et la présence de différentes catégories sociales autour du roi permettent d’étayer cette interprétation. C’est donc un portrait allégorique du roi qui met en valeur son rôle positif dans la réforme des institutions. La composition même de la scène, structurée par les verticales très fortes des personnages et des bâtiments, donne une impression de stabilité, qualité essentielle d’un bon gouvernement.

Un art nouveau venu d’Italie

Les Italiens – Rosso qui conçoit le décor de la galerie et le Primatice qui lui succède – arrivent en France imprégnés des idées et des formes nouvelles inspirées de l’Antiquité, forts d’un savoir-faire dans certaines techniques que les artistes français ne possèdent pas encore. Le décor de la galerie où les fresques s’articulent avec des encadrements de stuc en relief d’une grande variété, en est une démonstration magistrale. Si le stuc est une technique connue depuis l’Antiquité, c’est aux artistes italiens de la Renaissance que revient le mérite de l’avoir réintroduit et diffusé en Europe.

L'influence de Michel-Ange

Dans les années 1530, les créations des grands artistes italiens, Michel-Ange et Raphaël, sont perçues comme des références. La nouvelle génération préfère étudier leurs œuvres plutôt que la nature. L'influence de Michel-Ange est manifeste dans la galerie de Fontainebleau. De part et d’autre des fresques, des nus apparaissent parfois dans des poses étranges [ détail f ] qui rappellent les ignudi (hommes nus) représentés sur la voûte de la chapelle Sixtine, peinte à Rome entre 1508 et 1512 [ image 1 ]. De plus, une fresque comme celle de Danaé par Primatice [ détail g ] est inspirée de Léda et le cygne de Michel-Ange, tableau aujourd'hui disparu que François Ier possédait dans ses collections. La célébrité de cette œuvre fut telle que de nombreuses gravures et copies circulèrent au XVIe siècle [ image 2 ].

Le maniérisme

Avec ce décor, Rosso et le Primatice contribuent à l’épanouissement de la Renaissance en France. Mais c’est une Renaissance dans une nouvelle phase de son histoire qu’ils importent d’Italie, phase que l’on appelle le maniérisme. Ce mouvement est né principalement de la volonté des artistes de s’éloigner d’une représentation objective du monde pour privilégier l’expression plus libre d’un style personnel (maniera en italien).

Des lignes et des courbes

Il se caractérise par des compositions complexes d’où le paysage est quasi absent pour privilégier les personnages. Les figures, aux membres allongés, y adoptent des postures souvent tortueuses. Partout règnent lignes sinueuses et couleurs stridentes.
Dans une fresque comme Le Naufrage, ou La Vengeance de Nauplius [ détail e ], qui représente un épisode de la guerre de Troie, Rosso multiplie les diagonales, déforme les visages et les corps, pour mieux exprimer la tension. L’atmosphère nocturne accentue le drame qui se déroule sous nos yeux : le naufrage des bateaux grecs, provoqué par Nauplius, désireux de se venger de son propre peuple qu’il rend responsable de la mort de son fils.

Une invention qui marque l’art français

La galerie de Fontainebleau n’est pourtant pas la simple transposition d’un décor italien en France. Rosso a aussi composé avec la tradition française, en intégrant dans la décoration de l’ensemble un lambris et un plafond à caissons [ détail b ]. Il livre ainsi un décor totalement inédit en Europe. On remarque en outre dans la galerie la présence d’un nouveau type d’élément décoratif : les cuirs. Leurs formes, aux volutes stylisées, rappellent en effet un morceau de cuir découpé qui s’enroule sur lui-même [ détail e ]. Ce motif décoratif, promis à un grand succès, deviendra caractéristique du maniérisme français.
De par sa forme, ses décors, son programme iconographique, cette galerie signe l’épanouissement en France des idées de la Renaissance venue d’Italie et le point de départ d’un style français baptisé la Première École de Fontainebleau. La gravure jouera un rôle majeur dans la diffusion en Europe de ce nouveau vocabulaire, bientôt adopté par tous les arts, y compris le mobilier, l' orfèvrerie, la céramique et les émaux...

Au-delà la Renaissance, la galerie François Ier constitue un jalon essentiel dans l’histoire du château français. C’est en effet à partir de là qu’elle devient une pièce essentielle et emblématique de toute résidence seigneuriale. En cela, la galerie de Fontainebleau prépare la voie à la galerie des Glaces du château de Versailles.

Cécile Galinier

Permalien : http://panoramadelart.fr/galerie-francois-1er-chateau-de-fontainebleau

Publié le 30/08/2011

haut de page

ressources internet

  1. Visiter le château de Fontainebleau
    http://www.musee-chateau-fontainebleau.fr/
  2. Sur la Renaissance européenne
    http://www.grandpalais.fr/fr/article/la-renaissance
  3. Sur la Renaissance européenne pour les plus jeunes
    http://www.grandpalais.fr/fr/article/la-renaissance-0
  4. Dossier pédagogique sur l’architecture et la vie de cour à la Renaissance
    http://www.musee-renaissance.fr/homes/home_id20806_u1l2.htm
  5. Un dossier complet sur la galerie François Ier
    http://www.amisdefontainebleau.org/wp-content/uploads/2011/01/D02_Galerie_F11.pd
  6. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Chiffre :
Association de lettres correspondant aux initiales d’une personne.
Fresque :
Technique de peinture murale qui consiste à appliquer des couleurs délayées à l’eau sur un enduit frais. Le mot est d’origine italienne, il vient de fresco qui signifie frais. Toute œuvre peinte d’après ce procédé est aussi désignée sous le nom de fresque.
Héros :
Dans la Grèce antique, personnage le plus souvent issu de l’union d’une divinité et d’un mortel auquel on prête des aventures exceptionnelles. Associé à la vie locale, un culte est rendu sur son tombeau.
Iconographie :
Ensemble des images correspondant à un même sujet. On parle de programme iconographique lorsqu’un décor en plusieurs parties regroupe de manière cohérente différents sujets autour d’un même thème.
Lambris :
Revêtement mural formé de cadres et de panneaux (en bois, en stuc, en marbre).
Maniérisme :
Courant artistique né en Italie au XVIe siècle que l’on considère comme la dernière phase de la Renaissance. Il tire son nom du mot italien maniera utilisé pour désigner le style personnel d’un artiste. Pour les peintres qui se rattachent à ce courant, l’effet de style prime sur l’équilibre et l’harmonie. Ils se distinguent par une élégance du dessin, des compositions complexes privilégiant tensions et déséquilibres, une distance par rapport à l’imitation servile de la nature.
Portrait allégorique :
Portrait dans lequel le modèle apparaît représenté avec les attributs ou le costume, caractéristiques d'une grande figure historique, mythologique ou légendaire (un empereur, un saint, un dieu, un héros…), voire d'une allégorie (la justice, la force…), pour signifier un trait de caractère, un rôle ou une fonction, qui lui sont propres.
Renaissance :
Mouvement artistique né au XVe siècle en Italie et qui se diffuse dans le reste de l’Europe au XVIe siècle. Il repose sur la redécouverte, l’étude et la réinterprétation des textes, monuments et objets antiques. À la différence de la pensée médiévale qui donne à Dieu une place centrale, c'est l'homme qui est au cœur de la pensée de la Renaissance.   
Stuc :
Mélange de chaux et de plâtre, de sable ou de poudre de marbre lié par de la colle. Plus facile à travailler que le marbre, il peut être étalé mais aussi moulé pour obtenir des motifs en relief (sculpture, cadres, colonnes…).
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers