1. préhistoire
  2. antiquité
  3. moyen âge
  4. temps modernes
  5. XIXe siècle
  6. XXe siècle

La Chambre de Van Gogh à Arles Vincent Van Gogh (1853-1890)

La Chambre de Van Gogh à Arles
zoom
Télécharger l'image  
  • La Chambre de Van Gogh à Arlesa
  • Averse soudaine sur Ohashi et Atake1
  • Tournesols2
  • La Cuisine3
  • Autoportrait en malade4
La Chambre de Van Gogh à Arles
auteur(s) : Vincent Van Gogh (1853-1890)
dimension : H. 57,5 cm ; L. 74 cm
technique : huile sur toile
datation : 1889
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
La Chambre de Van Gogh à Arles
La Chambre de Van Gogh à Arles
auteur(s) : Vincent Van Gogh (1853-1890)
dimension : H. 57,5 cm ; L. 74 cm
technique : huile sur toile
datation : 1889
lieu de conservation : Paris, musée d'Orsay
Averse soudaine sur Ohashi et Atake
Averse soudaine sur Ohashi et Atake
auteur(s) : Utagawa Hiroshige (1797-1858)
dimension : H. 33,5 cm ; L. 21,8 cm
technique : estampe nishike-e
datation : 1857
lieu de conservation : Paris, musée Guimet
Tournesols
Tournesols
auteur(s) : Vincent Van Gogh (1853-1890)
datation : 1888
lieu de conservation : Londres, National Gallery
La Cuisine
La Cuisine
auteur(s) : Maurice de Vlaminck (1876-1958)
datation : 1904
lieu de conservation : Paris, musée national d'Art moderne
Autoportrait en malade
Autoportrait en malade
auteur(s) : Ernst Ludwig Kirchner
technique : huile sur toile
datation : 1917-1920
lieu de conservation : Munich, Pinakothek der Moderne, Sammlung Moderne Kunst
Qui occupe cette chambre ? Des volets fermés : pour mieux dormir ? Pourquoi tant de couleurs ?

La courte carrière du peintre hollandais Vincent Van Gogh est marquée de révélations successives. En 1886, il s’installe à Paris. Il y rencontre les peintres impressionnistes et commence à utiliser des tons plus clairs. Mais ce sont surtout les estampes japonaises qu’il admire et qui l’inspirent [ image 1 ]. Elles lui donnent notamment le goût des couleurs vives et des contours cernés qui deviendront caractéristiques de son style. Dans le Midi, où il s’installe en 1888, il découvre enfin la lumière dont il rêvait, celle qui exalte les couleurs et révèle leur pouvoir expressif.

Une chambre pour « reposer la tête »

À Arles où il s’établit en février, il loue la « maison jaune » et réalise des peintures pour en décorer les murs, comme les célèbres Tournesols [ image 2 ]. Sa chambre devient même le sujet d’un tableau, dont il fournira plus tard deux autres versions. Celle du musée d’Orsay a été réalisée en 1889 [ image principale ], alors qu’il était interné à l’hôpital psychiatrique de Saint-Rémy-de-Provence. Il l’a peinte spécialement pour l’offrir à sa mère. Une lettre à son frère Théo nous éclaire sur ses intentions : « La vue du tableau doit reposer la tête ou plutôt l’imagination », écrit-il. L’artiste qui traverse une période difficile apparaît clairement en quête d’apaisement. Au travers de cette œuvre, il veut suggérer le repos auquel il aspire et cherche à calmer les tourments qui l'assaillent. Seule l’étrange perspective qui définit l’espace de la chambre laisse transparaître une instabilité, une inquiétude : le mobilier semble flotter dans la pièce, le lit glisser vers le spectateur.

L’expression par la couleur et la texture

Tout le tableau repose sur le travail de la matière picturale qui est tout à la fois couleur et texture. Elle est texture, car Van Gogh la triture presque comme un sculpteur, il joue avec la forme de la touche, il accentue les reliefs en créant des empâtements, sur les oreillers par exemple. Partout il laisse visible la trace du couteau, de la brosse ou du pinceau dont il s’est servi pour appliquer la pâte sur la toile.

Mais cette matière picturale est avant tout couleurs qui illuminent la toile. Van Gogh n’a même pas représenté les ombres des objets. Il n’a privilégié que des teintes franches, dont la vivacité est déconnectée de la réalité. Comment, dans une chambre aux volets clos, les couleurs pourraient-elles vibrer avec tant de force ? Van Gogh poursuit donc un autre but. Il expérimente les rapports de couleurs. Il étudie les contrastes en jouant des complémentaires (rouge/vert, jaune/violet, bleu/orange). Les zones colorées se répondent ainsi à l’intérieur du tableau. Dans une lettre à son frère Théo, Van Gogh décrit le tableau en ces termes : « Les murs sont d'un violet pâle. Le sol est à carreaux rouges. Le bois du lit et les chaises sont d'un jaune beurre frais. Le drap et les oreillers citron vert très clair, la couverture rouge écarlate... »

Ce travail sur la texture et sur la couleur n’a d’autres buts que de traduire des émotions sur la toile et de suggérer des sensations à qui regarde le tableau.

Un certain isolement

Mais cette chambre vide aux volets clos révèle surtout l’isolement de Van Gogh, la solitude qui hante aussi bien sa vie personnelle que son parcours artistique. Il n’expose pratiquement pas. Toute sa vie, il peine à trouver un public qui apprécie son travail, hormis son frère Théo avec qui il entretient une correspondance assidue, et des peintres d’avant-garde comme Émile Bernard ou Paul Gauguin. Il rêvait de former un groupe de peintres travaillant ensemble, mais se brouille très vite avec Gauguin qui était venu le rejoindre à Arles et se retrouve seul.

Si Van Gogh a été sensible à l’influence des impressionnistes, il a développé un peu en marge de leur courant une technique propre et proposé une réflexion originale sur la peinture. Cette démarche très personnelle rend l’artiste difficile à classer. On le situe généralement à la suite des impressionnistes, parmi les postimpressionnistes. Son œuvre aura une influence considérable sur les artistes de la génération suivante, ceux que l’on désigne sous le nom de «  Fauves » qui chercheront aussi, au début du XXe siècle, à exalter la couleur et à exprimer par elle les émotions les plus fortes, même dans les scènes les plus ordinaires, comme Maurice de Vlaminck dans La Cuisine [ image 3 ].

Enfin, la violence de la touche et les émotions qu’il transmet font de Van Gogh l’un des précurseurs des expressionnistes allemands, parmi lesquels les peintres Ernst Ludwig Kirchner [ image 4 ], Emil Nolde, Oscar Kokoschka et les cinéastes Fritz Lang et Murnau.

Christine Kastner-Tardy

Permalien : http://panoramadelart.fr/chambre-de-van-gogh-a-arles-vincent-van-gogh

Publié le 18/10/2011

haut de page

ressources internet

  1. Voir l’œuvre sur le site du musée d’Orsay
    http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/oeuvres-commentees/peinture/commentaire
  2. Sur l’impressionnisme
    http://www.histoiredesarts.culture.fr/reperes/peinture
  3. Sur les collections du musée Van Gogh d’Amsterdam
    http://www.vangoghmuseum.nl/vgm/index.jsp?page=16376&lang=nl
  4. Voir aussi le site Histoiredesarts.culture.fr

Si vous connaissez des ressources intéressantes, partagez-les en nous envoyant un commentaire !

glossaire

Empâtement :
Relief obtenu par l’application d’une épaisse couche de peinture.
Estampe :
Images obtenues sur un support papier par impression d’une planche de bois gravée (xylographie) ou d’une plaque de métal, voire d’une pierre dessinée (lithographie). La plaque de métal peut être travaillée selon différents procédés, mécanique (burin) ou chimique (eau-forte), qui définissent plusieurs types de gravure.
Fauves :
Les Fauves sont les artistes qui, à leurs débuts, dans les dix premières années du XXe siècle, explorent dans leur peinture le potentiel expressif des couleurs pures sans se soucier d’imiter la nature. L’expression « Fauves » est apparue en 1905 sous la plume d’un critique, exaspéré par la liberté que ces artistes prennent quant aux conventions : l’association sauvage des couleurs, leur tonalité criarde, évoquent pour lui le rugissement d’un fauve. Les représentants les plus célèbres de ce courant baptisé aussi le fauvisme sont Henri Matisse, André Derain et Maurice de Vlaminck.
Perspective :
Technique qui permet de représenter l’espace et les objets avec de la profondeur et des volumes sur une surface plane pour donner l’illusion de la troisième dimension.
Postimpressionnisme :
Au lendemain de la dernière exposition impressionniste en 1886, période durant laquelle certains artistes qui s’appuient sur les expériences et les avancées des impressionnistes s’en éloignent pour suivre une démarche propre, comme Paul Cézanne, Georges Seurat, Vincent Van Gogh ou Paul Gauguin.
Touche :
La touche désigne la matière picturale appliquée d’un seul coup de pinceau sur le support. Le terme peut également désigner plus largement la manière dont le peintre travaille.
haut de page

laisser un commentaire

Votre avis nous intéresse ! Posez-nous des questions, suggérez-nous des sites, des œuvres à étudier... partagez avec d’autres vos coups de cœur !




* mentions obligatoires. Aucune information personnelle ne sera publiée, réutilisée, ou communiquée à des tiers

Anonyme
ven, 01/06/2012 - 14:44

Je viens de découvrir votre site et j'en suis enchanté ( via Ciné Revue)
Je vais donc le renseigner de suite à mes élèves, c'est un très bon outil pour la suite des études de tous les artistes connus et méconnus.
Merci.

Anonyme
mer, 04/02/2014 - 09:40

Je dois faire un commentaire comparatif: la chambre jaune de VG/sunshine en an empty room de Hooper...
Pouvez-vous me donner des idées.Merci

Anonyme
mer, 05/07/2014 - 11:35

Cette chambre laisse transparaitre à la perfection la solitude du maître. L'une des chambres occupée par Van Gogh est visitable à Auvers-sur-Oise, rien à y découvrir mais une atmosphère indescriptible !

Anonyme
ven, 09/11/2015 - 15:58

c est tres original et tres beau

Anonyme
mar, 10/06/2015 - 11:30

je viens de découvrir les potentialités du site et je vais m'en servir avec mes élèves et pour préparer mes séquences.